C'est grave docteur ?

Publié le par Emeline Collin

On a tous une liste de petits trucs inavouables, un peu honteux et ridicules. Dans la mienne, on trouve : "ne pas savoir télécharger un film alors qu'on m'a montré comment faire une bonne dizaine de fois", "regarder Gossip Girls ("adieu crédibilité cinéphilique !")" ou encore "me demander ce que je répondrais à certaines questions d’interviews de magazines féminins". Bon, je vous l'accorde, cette dernière révélation est de loin la plus inquiétante mais on ne sort pas indemne de douze ans de lecture assidue de ELLE, croyez moi ! Je sais même quel photographe je choisirais, parmi la poignée de portraitistes que l'on retrouve chaque semaine dans les pages de Télérama, Libé ou Les Inrocks . Sans hésitation, j'opterais pour Benoît Peverelli. 

Cette semaine encore, deux de ses photos illustrent une interview croisée de Vincent Lindon et Isabelle Huppert dans... ELLE (désolée, c'est obsessionnel !). On y retrouve sa patte : couleurs pastels, voile lumineux (aussi appelé "flare"), léger flou et grain. Son style, à la fois romantique et moderne, et la distance qu'il instaure avec son sujet témoignent sans doute de son passé de photographe de presse aux Etats-Unis, dans les années 1990. Sans compter que c'est une série de photos au style "paparazzi" qui l'a rendu célèbre en France, en 2001.

En attendant de découvrir mon portrait by Peverelli dans ELLE, je vous laisse admirer ceux de Kate Bosworth, Karl Lagerfeld, Nine d'Urso et, sur son site, de Romain Duris, Rachida Brakni...

PS : J'allais oublier, il y a quoi dans votre liste ?

Kate-1.jpg

Kat.jpg

KL.jpg

Nine.jpg

Kate.jpg

Texte : Emeline Collin.

Photos : Benoît Peverelli.

Publié dans Portraits

Commenter cet article