Dazed and Confusing

Publié le par Emeline

Que vous soyez un top model des années 1980, le nouvel acteur que tous les cinéastes s’arrachent, un premier ministre en exercice ou la reine d’Angleterre, c’est sûr, Rankin vous a photographié(e).

Publicité (la célèbre publicité « Dove, pour toutes les beautés », c’était lui), pochettes d’albums (la célèbre pochette et le clip de You are my high de Demon, c’était encore lui), campagnes de mobilisation pour Amnesty International, mode… Rankin est partout.

Il existe d'ailleurs un dénominateur commun à l'ensemble du travail du fondateur du magazine anglais ultra-branché Dazed and Confuzed : le sexe. C’est simple, à travers le regard de Rankin, même les pistils d’une fleur deviennent érotiques ! Les langues se lient et se délient devant son objectif, les femmes s’exhibent et les tabous tombent. Ses photos constituent un véritable catalogue de l’imagerie porno-chic omniprésente de la fin des années 1990 au début des années 2000.

Mais certains clichés, exposés actuellement à la A Galerie à Paris, vont encore plus loin dans l’érotisme et la subversion, provoquant parfois un certain malaise. En effet, si Rankin déclare créer des images où les femmes n’apparaissent pas comme soumises mais, au contraire, comme puissantes et totalement « maîtresses » d'elles-mêmes*, il est difficile d’adhérer à cette explication (justification ?) lorsque l’on découvre ses clichés de corps de Vamps enroulés dans du film plastique, renversés dans des cages d’escaliers, ou ces photos de femmes, dont les têtes sont hors champ, allongées sur un trottoir, l’air inanimé.
Face à ces références au viol et au meurtre, il semble légitime de se demander ce qu’il reste de « fun »* dans ces images, la concrétisation photographique des fantasmes de Rankin flirtant d’un peu trop près avec la perversion.







*“I don't want any of the women to look or appear submissive, I want them to look in control and feel empowered. I never want my nude images to feel exploitative, so I approach my nude shoots knowing they will be really collaborative and involved. But I also want them to be provocative and fun and I'm definitely cheeky when I shoot nudes.”
http://www.dazeddigital.com/Photography/article/7012/1/Cheeky


Texte : Emeline Collin.

Photos : Rankin.

*“I
  

Publié dans Expositions

Commenter cet article