L'ombre du cygne

Publié le par Emeline Collin

Organiser une exposition sur les coulisses de plusieurs défilés de John Galliano, compte tenu des récents événements, sent le coup médiatique à plein nez. Or la série L'ombre du cygne s'apparente davantage à un hommage rendu à l'oeuvre du styliste qu'à de l'opportunisme.

A travers une vingtaine de clichés pris entre 2004 et 2010, la beauté fragile des créations de Galliano, aux étoffes aériennes et aux coupes millimétrées, est magistralement capturée par Grégoire Eloy. Devant l'objectif du photographe, les mannequins ressemblent à des anges ou des fantômes venus d'un autre âge, à des années lumière des amazones qui squattent habituellement les podiums.

Loin de dresser le portrait d'un créateur tout puissant, paradant au milieu de la planète fashion, le photoreporter parvient à saisir la face cachée du créateur, seul en scène comme en coulisses après la disparition, en 2007, de Steven Robinson, son bras droit. 

Paradoxalement, ces images intemporelles soulignent le caractère épéhémère de la mode, univers de mirages par excellence. Face à tant de talent, on se prend à espérer que cette série n'annonce pas "le chant du cygne".

Exposition L'ombre du cygne jusqu'au 31 juillet. Galerie La petite poule noire, 12 boulevard des filles du calvaire, 75011 Paris, métro Saint Sébastien Froissart. Ouvert du mardi au samedi, de 12h à 19h.

 

Plumes.jpg

Seul-en-scenejpg.jpg

Horiz.jpg

Face.jpg

Texte : Emeline Collin.

Photos : Grégoire Eloy.

 

 

 

Publié dans Expositions

Commenter cet article