Lewis Hine, photographe indigné

Publié le par Emeline Collin

lewis_hine_phot_nyc_empire.jpg

Ikéa est plus qu'un simple magasin de meubles, c'est un véritable diffuseur culturel. Réfléchissez, par exemple, au nombre de fois où vous avez vu cette photo, vendue par le géant suédois, sur les murs d'un appartement, d'un bar, d'une salle d'attente... Incroyable, non ?! Mais ce qu'il y a d'encore plus incroyable, selon moi, c'est que j'ai beau avoir croisé cette image cent fois, je ne m'en lasse pas. J'ai toujours le vertige en regardant de part et d'autres de ce groupe d'ouvriers, perchés à 400 mètres du sol, comme si de rien n'était. Je reste sidérée par les risques immenses pris par ces hommes et, du même coup, par l'auteur de cette photo. Mais je suis aussi vite tentée d'oublier que, au-delà du sensationnel, ce cliché apporte un témoignage exceptionnel sur le monde ouvrier aux Etats-Unis, au début du siècle dernier.

C'est ce que nous rappelle la rétrospective actuellement consacrée à Lewis Hine, l'auteur de cette image mondialement célèbre, à la fondation Henri Cartier-Bresson. On y découvre que ce photographe n'a cessé, tout au long de sa vie, de dénoncer les injustices sociales : du travail des enfants aux Etats-Unis, au traitement inhumain réservé à certains immigrants fraîchement débarqués à Ellis Island, en passant par les conditions de vie dans les taudis des bas-fonds new-yorkais.

"J'ai voulu montrer ce qui devait être corrigé", explique Hine. Considéré comme l'un des précurseurs de la photographie documentaire, il n'hésite pas à mettre en scène ses images afin qu'elles deviennent "plus réelles que la réalité elle-même". La misère et fatalité qui s'en dégagent ne peuvent laisser indifférent, nous amenant à nous interroger sur le sort des "laissés pour compte" d'aujourd'hui, des "oubliés" du système actuel. 

"Lewis Hine", Fondation Henri Cartier-Bresson, 2 impasse Lebouls, 75014 Paris. Ouvert du mardi au dimanche de 13h à 18h30. www.henricartierbresson.org

Texte : Emeline Collin.

Photo : Lewis Hine.

Publié dans Expositions

Commenter cet article