Raymond Depardon passe à table

Publié le par Emeline Collin

La "Correspondance new-yorkaise" de Raymond Depardon, actuellement exposée à l'hôtel-restaurant l'Alcazar, est un vrai régal : non seulement on y retrouve la recette qui a fait le succès du photographe, à savoir des reportages à la subjectivité revendiquée, mais on y découvre aussi les états d'âme de l'auteur, tour à tour grisé par l'énergie de la Grosse Pomme et nostalgique de sa campagne lyonnaise.

En se faufilant entre deux tables, déjà dressées pour le prochain service, on peut déchiffrer les notes manuscrites qui accompagnent chaque cliché ("j'ai envie de faire des photos à la chambre", "je pense à la campagne", "ça doit être la moisson maintenant"…), nourrissant notre envie d’en savoir plus sur le parcours de ce grand nom de la photo, alors à un tournant dans sa carrière. Car cette "Corrrespondance new-yorkaise" n'est qu'un avant-goût de la démarche caractéristique adoptée par Raymond Depardon quelques années plus tard, à savoir un subtil mélange de journalisme, d'autobiographie et d'appétit pour la vie.

"Correspondance new-yorkaise" de Raymond Depardon, jusqu'au 5 mars 2012. L'Alcazar, 62 rue de Mazarine, Paris, 6ème. Ouvert de 10h à 12h et de 15h à 19h. Entrée libre. Métro Odéon.

 

Enfants-Bronx-copie-1.jpg

Toilettes-Le-Bonbon.jpeg

Bureau-Times.jpg

Guggenheim.jpg

Texte : Emeline Collin.

Photos : Raymond Depardon.

Publié dans Expositions

Commenter cet article